Renaître ici
station de sports d'hiver et d'été Ain
Concert Rachnmaninov avec Eliahu Inbal et Nelson Freire
Concert • Musique classique
01/02/2019 - 02/02/2019

Auditorium de Lyon - Orchestre National de Lyon (ONL)

Place Charles de Gaulle
69003 Lyon 3ème

Téléphone : 04 78 95 95 95

Vibrez sur le Concerto pour piano n°4 de Rachmaninov, sublimé par l'un des maîtres les plus admirés du piano : Nelson Freire, puis plongez dans l'âme romantique d'Eliahu Inbal qui dirigera l'une des fresques orchestrales les plus mémorables de l'Histoire.
Contact réservation

Auditorium de Lyon - Orchestre National de Lyon (ONL)

Place Charles de Gaulle
69003 Lyon 3ème

Téléphone : 04 78 95 95 95

Site web :

Infos pratiques

Dates d'ouverture
Du vendredi 1er au samedi 2 février 2019. Le 01/02 à 20h et le 02/02 à 18h.

Tarifs

Plein tarif : de 8 à 48 €.

Confort et services

Aucune information

Activités

Aucune information

Descriptif détaillé

«Celui qui un jour veut apprendre à voler», déclare Zarathoustra, le prophète imaginé par Nietzsche, «celui-là doit d’abord apprendre à se tenir debout et à marcher et à courir, à grimper et à danser – ce n’est pas du premier coup d’aile que l’on conquiert l’envol !» Après des débuts éblouissants, Nelson Freire a connu le doute. Lors des concours notamment, qui ne lui offraient guère de récompenses. Puis le pianiste brésilien s’est réfugié dans Brahms, a retrouvé la confiance et s’est envolé vers les sommets. Et quels sommets ! C’est aujourd’hui l’un des maîtres les plus admirés du piano, de ceux que l’on s’arrache dans toutes les grandes salles et festivals mondiaux. S’il nourrit une passion pour la musique romantique, il élargit désormais son terrain de jeu. Son dernier récital à l’Auditorium nous l’a révélé dans Bach et Villa-Lobos. Il revient à présent en compagnie de l’Orchestre national de Lyon dans un répertoire tout aussi inhabituel : Rachmaninov. Qui plus est, le Quatrième Concerto du Russe est assurément le moins connu. Mais écoutez les textures transparentes du piano iriser la masse orchestrale, et en retour l’orchestre colorer le clavier de ses frémissements quand celui-ci se charge de la partie principale. Ces thèmes émouvants, ce souffle puissant sont bien la marque d’une âme à la fois russe et romantique. Et c’est bien l’âme romantique qu’Eliahu Inbal convoque ensuite avec Brahms et son Ouverture tragique. Il couronne ce programme par l’une des partitions les plus magistrales du répertoire, le poème symphonique imaginé par Richard Strauss sur Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche. Un orchestre énorme, renforcé par l’orgue, des sonorités tour à tour grandioses, conquérantes ou capiteuses, et un des débuts les plus célèbres du répertoire orchestral (grâce à Stanley Kubrick et à2001, l’odyssée de l’espace !). «Amour ? Création ? Désir ? Étoile ? Qu’est cela ?» demande le dernier homme dans le poème philosophique de Nietzsche. De la musique, tout simplement…

Equipements
Aucune information